Une histoire de l’Improvisation théâtrale

mercredi 13 août 2008 par Martin

L ’improvisation théâtrale en tant que forme d’expression théâtrale spontanée ne possédant pas de ligne directrice préconçue a probablement toujours existé. Certains voient dans le théâtre Atellane, théâtre de masque ancêtre de la Commedia dell’Arte, pratiqué dés le troisième siècle av JC, la plus ancienne forme d’improvisation théâtrale connue.

En fait, on accorde plus souvent cette qualité à la Commedia Dell’Arte, genre théâtral populaire né en Italie durant la première moitié du XVIe siècle. Forts d’un canevas, sorte de scénario grossier/synopsis, de personnages récurrents voire pour certains obligatoires (Arlequin, Scaramouche, Polichinelle, Pantalon, Le Docteur...) et d’un solide bagage de déclarations d’amours et autres formules adaptées aux situations les plus fréquentes, les comédiens, professionnels, improvisaient une pièce sans cesse renouvelée. Le succès de la Commedia Dell’Arte, est resté extraordinaire en Italie comme dans le reste de l’Europe durant plus de deux siècles malgré un glissement progressif au XVIIIe siècle vers un théâtre plus formel (disparition des masques, des pitreries, structuration du canevas puis texte écrit...) .

Il a fallu attendre les années 1950 pour observer le retour de l’improvisation théâtrale sur les scènes grâce aux travaux de Viola Spolin. Percevant le besoin de créer un système d’enseignement par le jeu, visant à développer la créativité et l’expression personnelle, elle élabore des séries d’exercices que l’on connait aujourd’hui sous le nom de « Theater Games ». Ces exercices sont pour un bon nombre compilés aux côtés de ses théories dans son fameux manuel Improvisation for the Theater paru en 1963. Elle présente son travail au public à partir de 1946 avec sa Young Actors Company qui tourne durant 9 ans. Elle poursuivra sa recherche tout au long de sa vie, bientôt épaulée par son fils Paul Sills qui reprendra et continuera d’enrichir ses théories. On se souvient de son Compass Theater, première compagnie professionnelle d’improvisation théâtrale ainsi que de la célèbre Second City Company dirigée par Paul Sills. Dans la continuité du travail de Spolin et Sills, il faut souligner l’apport de Del Close, l’un des premiers membres de Second City qui travailla à créer des formes plus longues (longform) de théâtre improvisé. Ses recherches ont entre autres débouché sur la création en 1970 du « Harold », l’une des longform actuellement les plus pratiquées (particulièrement en Amérique du Nord).

Parallèlement aux travaux de Spolins, Sills et Close, Keith Johnstone, commence a développer dans les années 1950 des technique nouvelles d’improvisation théâtrale basées sur la spontanéité. Dans les années soixante-dix, il quitte Londres pour Calgary où il accède à une chaire de professeur à l’Université et co-fonde le Loose Moose Theater. Il y pose rapidement les bases des « Theatersports », sortes de joutes improvisées, liant au théâtre le sel des jeux d’équipes (opposition, intervention de juges et du public). Les « Theatersports » constituent aujourd’hui le standard de la pratique improvisée (« Improv ») outre-Atlantique. Keith Johnstone encore trés actif, enseigne le fruit de sa réflexion à des publics variés à l’occasion d’ateliers qu’il organise dans le monde entier. Il est également l’auteur de plusieurs ouvrages de référence tels que Impro et Impro for Storytellers. Enfin, au delà des Theatersports il a mis au point d’autres concepts de spectacles improvisés parmi lesquels le "Micetro", le "Life Game" et le "Gorilla Theater" dont la diffusion est assurée et contrôlée par un International Theatersports Institute créé en 1998 .

En 1977, Robert Leduc et Yvon Gravel, probablement inspirés par les travaux sus-cités et désespérés de voir les théâtres perdre en affluence quand les patinoires ne désemplissaient pas lors des matchs de hockey, créent le concept de Match d’Improvisation dans le cadre du Théatre Expérimental de Montréal. Les 4 représentations initialement prévues sont plusieurs fois reprises pour un total de 17 durant la première saison tant le succès est grand (auprès du public et des comédiens qui veulent « relever le défi »). La saison suivante est organisée sous la forme d’un tournoi permanent entre 6 équipes. Deux ans plus tard (1980) ce tournoi devient la Ligue Nationale d’Improvisation (LNI), compagnie autonome dirigée par les créateurs et Anne-Marie Laprade. La LNI organise une tournée en Europe francophone dés l’année suivante, à l’issue de laquelle est créée la Ligue d’Improvisation Française (LIF). La première Coupe du Monde oppose France, Suisse, Belgique et Québec à Montréal et Québec en 1985. Le succès de cette forme d’Improvisation théâtrale n’a jusqu’alors fait que croitre, le match d’Improvisation et ses variantes étant de très loin le concept le plus pratiqué dans le monde francophone aujourd’hui.

Pour aller plus loin :

Sites Internet :

 Wikipedia : http://www.wikipedia.org/
Improvcomedy.org : http://www.improvcomedy.org/history.html

 Federation d’Improvisation Genevoise : http://www.impro.ch/tripotes/index_fichiers/history.htm

 Ligue canadienne Nationale d’Improvisation (LNI) : http://www.lni.ca/fr/historique-lni.php3

Livres

Improvisation for the Theater, Viola Spolin

 Impro, Keith Johnstone
 Impro for Storytellers, Keith Johnstone
 Truth in comedy, Charna Halpern, Del Close and Kim Johnson


Hall d'entrée | Contact | Plan du site | Espace V.I.P. | Statistiques | visites : 289365

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 30 - Improvisation  Suivre la vie du site 31 - Historique   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2d + ALTERNATIVES

Creative Commons License